Skip to content

Sérigraphiez vos crêpes au chocolat !

8 février 2010

Le collectif El-Shopo a mis au point des gabarits de différentes motifs à peindre… en chocolat ! Appliqué sur des crêpes, cela donne une série de dessins originaux qui devraient épater vos amis. Retrouvez le panorama des projets réalisés durant ces 7 dernières années à travers un livre disponible sur leur site elshopo.com : sérigraphie sur crêpe, happenings gourmands, atelier de sérigraphie mobile, machines sérigraphiantes chez BUT (35 euros).

Veduta – Rendez-vous Elshopo
envoyé par biennaledelyon

Publicités

Suzette s’invite pour la Chandeleur !

28 janvier 2010

Ce week-end, Suzette et ses cousines étaient à l’honneur pour une séance de répétition avant la grande fête du mardi 2 février 2010, pendant laquelle nous célébrerons la Chandeleur

Pour l’occasion, Suzette s’est invitée autour d’un repas familial. La pâte à crêpes, préparée avec précaution quelques heures auparavant, est fin prête pour l’épreuve des fourneaux. Petits et grands se pressent alors autour du précieux mélange, attendant impatiemment le moment fatidique de la cuisson.

Une louche, du beurre, de la bonne humeur et s’est parti ! La première crêpe se fait dorer la pilule à la chaleur du feu… Aussitôt, une douce odeur s’installe dans la cuisine et envahit peu à peu la maisonnée. Un petit coup d’œil sur la cuisson et hop c’est le moment de retourner la crêpe pour dorer l’autre côté !

Les premières crêpes encore toutes engourdies se posent maladroitement sur l’assiette, elles manquent d’entrainement, il va falloir surveiller l’échauffement ! Encore quelques essais et ce sera parfait ! Cependant elles remportent tout de même un franc succès auprès de tous les gourmands impatients de gouter au délice tant attendu… Rien de tel comme récompense pour une crêpe que de se faire dévorer avec engouement !

Et puis c’est l’effervescence, un vrai défilé de crêpes qui chantent sur le feu, dansent dans la poêle et se déguisent dans l’assiette.

Enfin, la maitresse de cérémonie fait son apparition, c’est l’heure d’accueillir chaleureusement la crêpe que l’on attendait tous, j’ai nommé « Suzette ».  Elle arrive dans son habit de lumière caramélisé. Un vrai bonheur pour les papilles !

Une nouvelle crépière Tefal chez BUT

20 janvier 2010

J’ai testé pour vous cette crépière ingénieuse, incontournable pour des soirées entre amis ou goûter d’anniversaire du petit dernier… Avec la possibilité de cuire six mini-crêpes simultanément, les gourmands n’auront plus besoin d’attendre ! Socle et poignées en thermoplastique procurent isolation et performance et avec le revêtement anti-adhésif… fini les crêpes collées ! Un indicateur Thermospot permet de visualiser quand la crêpière est chaude. Son petit + pour un rangement facile : les accessoires se glissent simplement sous la crêpière en fin d’utilisation.

Crêpière Tefal PY551012 – 59,99 € chez BUT

>> www.but.fr/produits/23389/crepiere-TEFAL-PY551012.html

L’origine de la crêpe Suzette

20 janvier 2010
tags:

Je suis née il y a fort longtemps, à la fin du siècle dernier dans le Café de Paris de Monaco, un lieu tendance fréquenté par les plus grandes personnalités de l’époque.

Le prince de Galles Edouard VII, s’y rendait quotidiennement en compagnie d’une belle jeune femme pour déguster mes cousines les crêpes confectionnées sous ses yeux par Henri Charpentier, un jeune apprenti pâtissier de 16 ans munit d’un petit fourneau à alcool portatif.

Le 31 janvier 1896, le jeune homme empila les crêpes comme à son habitude sur un plat de porcelaine, mais il fit tomber accidentellement de l’alcool sur la pile de crêpes… Et soudain, la flamme du fourneau dévora le dessert du Prince.
Mais l’apprenti garda son sang froid et dans un élan d’audace, il saupoudra les crêpes de sucre et fit caraméliser le tout en prétextant qu’il s’agissait d’une nouvelle recette inventée en l’honneur de son altesse Royale. Il décida de donner le nom du prince à cette recette, mais le prince se retourna vers son invitée, une charmante parisienne prénommée Suzette, et demanda au pâtissier de baptiser sa trouvaille Crêpe Suzette, « en hommage à la beauté », dit-il.

Et voilà comment j’ai vu le jour, sur un malentendu d’apprenti pâtissier…